Un peu d'histoire ...

 

Auguste Grunder-Kiefer est né en 1880 à Saint-Gall, en Suisse, où ses parents ont une boutique de sellerie. Après son  « éducation de base », Grunder est admis dans une école de commerce où il suit une formation de vendeur.  Finalement, le jeune homme d'affaires enthousiaste qu'il est devenu est parti dans le sud de la France et manifeste alors subitement une attention particulière pour les semences. À l'Institut agricole Köstritz en Allemagne, il élargit ses connaissances en matière de culture maraîchère,  Grunder ayant choisi de rejoindre son oncle Stump dans son entreprise de commerce de semences.

Grunder  a également été un grand joueur de football 1903-04 et a remporté le championnat suisse en tant que capitaine du FC Saint-Gall. Ce club l'a fait président d'honneur pour le remercier de sa générosité, il avait en effet refusé le titre de Président. Ses relations pendant sa période « football » ont perdurées, et se sont avérées utile au niveau de ses activités commerciales.

Par sa connaissance du marché du jardinage, en 1909, il fait la connaissance de Konrad von Meyenburg, ingénieur agricole de Zürich, qui vient de breveter sa machine pour le travail du sol. Grunder est immédiatement séduit par cette invention, qu'il appellera  Bodenfräse, et initie la fondation de la Patentverwertungsgesellschaft (brevet d'encaissement de l'entreprise) Motorkultur AG à Saint-Gall en Janvier 1911. La société est fondée à Bâle, en Suisse. Au cours des années suivantes, l'AG Motorkultur entreprend des tests intensifs des grandes et petites Bodenfräsen et autorisa plusieurs entreprises en Europe ainsi qu'à l'étranger, à les construire sous licence.

Auguste Grunder a parié sur les petits cultivateurs, il était en effet convaincu que ceux-ci constituaient le gros de la demande. Il avait une petite machine en cours de construction dans l'atelier du Motorkultur AG, pesant seulement 90 kg et propulsée par un moteur de 2 à 3 ch. En fin de compte, il finit par acquérir une licence de la Motorkultur AG pour construire de petites fraises rotatives d'une puissance maximale de 5 hp.  

Logo de ma compagnie A. GRUNDER & CO, que l'on retrouve sur toutes les machines produites.


Le 1er août 1917, la société  "A. Grunder & Co., Industriegesellschaft für Motor-Bodenfräsen" est fondée à Bâle, et siège dans les locaux loués à la Motorkultur, Dornacherstrasse 160.  Grunder est autorisé à fabriquer et à vendre ses machines en Suisse, en Grande-Bretagne et ses colonies, en Italie, en Turquie, en Chine et au Japon. Au cours de la première année, seules des petites machines à essence ou à moteurs électriques ont été fabriquées. En 1919, Grunder acquiert les bâtiments d'une usine de fabrication de  tours (à bois, à métal, etc) en liquidation  "zum Bärenloch" dans le Margarethental à Binningen. En 1920 déjà, il réussi à fabriquer 150 machines avec un effectif de 40 salariés. Comme des problèmes dans la fourniture de moteurs de MAG de Genève et de Moser à St-Aubin surviennent, Grunder  décide de produire ses propres moteurs.

Locaux de la compagnie à Binningen-Basel

En 1919, A. Grunder & Co. construit sous licence de l'entreprise "La Précision SA, à Genève (plus tard Simar SA) des fraises rotatives. En 1926, Grunder rebaptise sa société "A. Grunder & Co. AG, Motoren-und Maschinenfabrik Binningen bei Basel". L'entreprise se développe peu à peu, proposant toujours plus de nouveau modèles : fraises rotatives et faucheuses,  charrues, qui se vendent  en nombre relativement important. Vers 1935, Grunder développe également des tracteurs  à moteur Chevrolet, bien évidemment disponibles avec une prise de force rotative, permettant d'adapter ses outils révolutionnaires. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Grunder fabrique des tracteurs équipés de moteurs Ford (voir ci dessus), Fiat, Opel, Peugeot et Renault.  Les tests avec un moteur  Oerlikon-Villinger diesel ont échoués à ce moment-là.

Immédiatement après la guerre, un motoculteur (modèle U3G, avec un  moteur de 8 ch, 2 temps, fonctionnant à l'essence) est désormais fabriqué. Sur la base de la fraise rotative, une fraise à neige a été construite, appelé le « Snow Pick ». Grunder a simultanément tenté d'introduire à nouveau un tracteur parmi ses modèles, mais après 3 prototypes décevants, il a décidé d'obtenir une licence de titulaire d'Hoder en Allemagne pour construire une version légèrement améliorée de leur tracteur Holder B10. Toutes les maisons étant rasées autour de l'usine, et l'espace ne suffisant toujours pas pour la fabrication des tracteurs, Grunder a déménagé son entreprise dans les bâtiments d'une ancienne usine de filature à Füllinsdorf au cours de 1956.

Auguste Grunder meurt en 1957. En Novembre 1958 Holder de Metzingen en Allemagne,  rachete tous les stocks de l'entreprise Grunder. En raison du piètre chiffre d'affaire réalisé à l'horizon des années 1960, les nouveaux propriétaires ont décidé de cesser la production en Suisse. La société Grunder a été liquidée le 14 Février 1961, et finalement dissoute le 27 Octobre 1965. Voici d'ailleurs un article prouvant la liquidation ce jour de la société, il est tiré du site "Les chroniques du Canton de Bâle", qui recense toutes les archives concernant cette région de Suisse :

Chronik für den Monat Februar 1961

14.

Die Liquidation der Firma A. Grunder & Cie. AG, Fabrik für motorisierte Landmaschinen, Füllinsdorf, früher in  Binningen, wird vom Obergericht in die Wege geleitet, indem es den Nachlassvertrag mit Vermögensabtretung billigt.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site